Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La polysémie de la nouille

La polysémie de la nouille

Menu

Pee-pee show

Peepee show :

 

 

Le jour où l’urine 1 de Violette Peccamineux 2 sentit le chou.

(Histoire qui fait peur…un peu)

 

Chers lecteurs, je me suis tout dernièrement rendue compte que je n’avais pas respecté mon quota de seniors dans mes petites histoires débiles.

Du coup, la sécu, son gros trou et les associations de « vieilles-personnes-presque-mortes » risquent de me tomber dessus et de m’étouffer sous elles (ben oui, rigolez pas : c’est lourd un vieux).


C’est pourquoi j’ai décidé de vous parler de Violette Peccamineux, gentille petite personne du 7ème âge (d’ailleurs, je me demande : si y’a du lait Gigoz 1er âge pour bébés, y’a-t-il de la soupe 7ème âge pour les vieux ? Si non, ça serait une super idée marketing et ça empêcherait que les vieux ils volent les boîtes de nourriture de leur chat pour s’en sustenter ! C’est vrai quoi c’est dégueulasse, pauvres chats !) et du 2ème étage du crevoir…euh de la « Résidence Val Joyeux Peuplé De Petits Oiseaux pour personnes senior âgées d’un certain âge canonique. » âgée de 102 ans et toutes ses dents…dans un verre.

 

Un beau jour, Violette Peccamineux fit pipi…cela n’a rien d’extraordinaire en soi sauf si je vous dis : elle fit pipi dans les twalettes au lieu de souiller ses draps comme elle le faisait d’habitude !!

Là, tout le monde applaudit et mon histoire est finie !

 

FIN

 

Ha non ? Bon, d’accord : lorsque Violette s’empara de son fusil pour tirer la chasse, son nez l’alerta d’un horrible détail : son pipi sentait le chou !

Etait-ce donc possible ?

La vieille dame rapprocha son orifice nasal de la cuvette pour en être bien sûre…Lorsqu’elle en fut tout à fait certaine, son regard prit une expression d’Horreur terrifiée.

Elle s’assit lentement sur son Yorkshire sur son lit avant de geindre lamentablement : « je vais mourir ».

 

Mais non, peut-être se trompait-elle ! Elle se leva d’un bond en moins de quarante-cinq minutes, se saisit de sa canne et alla frapper chez Marie-Paule Mauche sa voisine.

Au bout de trente-trois minutes, une voix chevrotante lui répondit : « C’est qui ? C’est toi la mort ? Dégage sale pute ! ». Violette rassura la vieille femme qui finit par ouvrir et lui offrir une infusion agrémentée de purée (parce que ça au moins c’est facile à mâcher !).

 

Au bout d’un moment, Violette finit par confier tout bas à sa voisine « J’ai l’impression que mon pipi sent le chou. Toi qui es un peu sorcière, tu peux venir vérifier et conjurer le sort ? ».

Le visage de Marie-Paule se contracta en un horrible rictus : « Heing ? Attends, je mets mon sonotone ! »

 

Note de l’auteure : Pour le bien-être de nos petits lecteurs, nous avons décidé de sauter les neuf pages durant lesquelles Marie-Paule ne retrouve plus son sonotone et finit par le découvrir caché dans un pot de fleurs ainsi que les dix-sept pages de trajet de retour jusqu’à la salle de bain de Violette.

Reprenons donc notre histoire au moment où la voisine renifle le pipi de son nez expert de magicienne mayennaise.

 

Se tordant les mains, Violette attendait le diagnostique expert de la magicienne : « alors, es-tu sûre que c’est bien une odeur de chou et non de brocoli, n’y a-t-il point d’espoir ? ».

Marie-Paule se pencha au-dessus de la cuvette où les grumeaux de pipi avaient formé le mot « DEMAIN ».

Elle se releva d’un air désolé et posa sa vieille main décharnée sur l’épaule de son amie : « Ma pauvre Violette, l’odeur de chou est un très mauvais présage mais quand un grumeau t’a condamnée ainsi c’est fini : je ne peux plus rien faire pour toi…Ca va aller ?...Ecoute, c’est l’heure de Derrick, je dois te laisser : profite bien de cette dernière journée ! ».

 

Violette referma la porte sur sa voisine. Elle était désormais seule et abandonnée de tous…qu’à cela ne tienne : elle rédigea son testament, mit sa plus belle robe de chez Damart et se coucha pour attendre sereinement la mort.

A dix-huit heures, la petite vieille dormait du sommeil du juste………..

 

Le lendemain, un grand remue-ménage se faisait dans la résidence.

Le docteur Bovary arriva vers huit heures du matin à la réception : « Bonjour ma ptite dame, je viens constater un décès : où est la viande froide ? Hahaha ».

Impressionnée par tant de tact, la standardiste roucoula : « 2ème étage docteur uhuhuh ! ».

L’éminent praticien monta en ahanant les deux étages et se rendit au chevet de la vieille dame morte : « heure du décès de Marie-Paule Mauche, huit heures et vingt-six minutes ».

 

Dans le couloir, Violette exécutait un pas de danse : c’était un miracle, la malédiction l’avait épargnée !

Toute à sa joie, elle se prit les pieds dans sa robe de chambre et tomba tête la première dans les escaliers.

Ce jour-là, le docteur Bovary constata deux décès.

 

Moralité : Qu’elles sont connes ces petites vieilles avec leurs superstitions débiles !

Néanmoins, souvenez-vous en mes amis : si votre urine sent le chou, égorgez une poule naine et barbouillez-vous de son sang en répétant neuf fois « barakapatchak » ; ça conjurera le mauvais sort !

 

 

  1. Nous avons mis « urine » parce qu’on s’est dit que ça daillait de parler de « pipi » dès le titre !

 

  1. Peccamineux est un vrai mot qui existe…chez Huysmans du moins : ça veut dire « qui pèche, qui est susceptible de pécher ». Voilà, grâce à J.K et à votre serviteuse-en-jupe-courte, vous crèverez moins cons !...Bon, moi je file, je dois récurer l’argenterie.