Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La polysémie de la nouille

La polysémie de la nouille

Menu

Pédagogie scatophile

Au CDI y z'avaient plus que Le Malade imaginaire en série à faire lire aux élèves. Quel dommage!

Aujourd'hui j'ai donc dû (à mon corps défendant) leur expliquer le principe des clystères dans le cul et des remèdes purgatifs. J'ai aussi dû (à contrecoeur) leur faire remarquer que le nom de Diafoirus voulait -grosso merdo- signifier diarrhée en latin-grec.
 

Puis, on a étudié (à mon grand regret mais quoi! C'était dans le manuel !) cet extrait du Médecin volant :


"GORGIBUS :  Sabine, vite allez quérir de l'urine de ma fille. (Sabine sort.) Monsieur le médecin, j'ai grand'peur qu'elle ne meure.


SGANARELLE : Ah ! qu'elle s'en garde bien ! Il ne faut pas qu'elle s'amuse à se laisser mourir sans l'ordonnance du médecin. (Sabine rentre.) Voilà de l'urine qui marque grande chaleur, grande inflammation dans les intestins : elle n'est pas tant mauvaise pourtant.


GORGIBUS : Hé quoi ? Monsieur, vous l'avalez ?


SGANARELLE : Ne vous étonnez pas de cela ! Les médecins, d'ordinaire, se contentent de la regarder ; mais moi, qui suis un médecin hors du commun, je l'avale, parce qu'avec le goût je discerne bien mieux la cause et les suites de la maladie. Mais, à vous dire la vérité, il y en avait trop peu pour asseoir un bon jugement : qu'on la fasse encore pisser.


SABINE sort et revient : J'ai bien eu de la peine à la faire pisser.


SGANARELLE : Que cela ? voilà bien de quoi ! Faites-la pisser copieusement, copieusement. Si tous les malades pissent de la sorte, je veux être médecin toute ma vie.


SABINE sort et revient : Voilà tout ce qu'on peut avoir : elle ne peut pas pisser davantage.


SGANARELLE : Quoi ? Monsieur Gorgibus, votre fille ne pisse que des gouttes ? voilà une pauvre pisseuse que votre fille ; je vois bien qu'il faudra que je lui ordonne une potion pissative. N'y aurait-il pas moyen de voir la malade ?"

 

...J'attends pour demain les mots scandalisés des parents auxquels je répondrai "Je n'y puis rien, c'est de la littérature"  !