Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La polysémie de la nouille

La polysémie de la nouille

Menu
Méthode infaillible du Docteur Kawasaki 4: le ronceux problème

Méthode infaillible du Docteur Kawasaki 4: le ronceux problème

 

 

 

Quand mon joli promis s’éveilla tout couvert de pisse, de méduse et de javel, il fut peu reconnaissant cet ingrat, jusqu’à ce qu’il comprît que je lui avais sauvé sa minable et vacuite vie d’insecte. Là il tenta de me montrer sexuellement sa gratitude car il était fauché. Je lui envoyai un grand coup de pied dans les yackas en lui ordonnant de prendre une douche de 24h d’abord. C’est de cette exquise manière que débuta notre histoire.

 

 

socrate-en-dialogue.jpgAu début, tout se passait bien, nous vécûmes une parfaite idylle entretenue par de longues discussions philosophiques existentielles comme par exemple « Devant ou derrière ? », « Etre clitoridien ou ne pas naître »…Mais maintes années s’écoulèrent tant et si bien que l’épée sombra dans l’oubli (huhu, j’ai piqué cette citation à Merlin l’enchanteur de Disney) dans l’oubli sombre et froid de son caleçon car mon promis s’était rendu compte que j’étais chiante.

 

 

Au début, je crus que cela était dû à mon absence de verge car, comme le dit Voltaire, « La verge fut en tout temps l’instrument des sages et le signe de leur supériorité. Les conseillers sorciers de Pharaon firent d’abord autant de prestiges avec leur verge que Moïse fit de prodiges avec la sienne. ». Je tentai donc de me fabriquer une verge en pâte à modeler playdoh mais cela ne fit qu’effrayer plus encore mon promis.


c087533k.jpgJe compris alors que les femmes étant plus faibles de corps; ayant plus d’adresse dans leurs doigts, beaucoup plus souples que ceux des hommes; ne pouvant guère travailler aux ouvrages pénibles de la maçonnerie, de la charpente, de la métallurgie, de la charrue; étant nécessairement chargées des petits travaux plus légers de l’intérieur de la maison, et surtout du soin des enfants étaient immanquablement chiantes afin de supporter cette vie de merde qui leur était immanquablement dévolue.

 

 

Et c’était dommage car, à force de philosopher sur les moyens d’être moins chiante, je m’agaçais et n’en devenais que plus chiante ce qui fait qu’un jour, en pleine nuit, je me réveillai et trouvai mon homme devant la porte d’entrée, prenant la sortie avec ses valises après avoir défecté notre lit conjugal.
Ni une ni deux, je lui sautai dessus et l’assommai avec une chaussure de sécurité qui se trouvait dans une vitre « in case of emergency, for instance a man running away ».

SherfJ20081126_low.jpg


Ensuite, je chloroformai mon mâle afin qu’il dormît quelques jours et que je pusse trouver une solution à ce ronceux problème.