Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La polysémie de la nouille

La polysémie de la nouille

Menu
Méthode infaillible du Docteur Kawasaki 2

Méthode infaillible du Docteur Kawasaki 2

 

 

 

Sache, mon enfant, que je connais le même problème mais que j’ai trouvé une solution ; je m’en vais te raconter mon histoire d’amour en powétisant car seule la pouésie peut refléter la puissance atomique de l’amûûûr.

C’était il y a trois ans maintenant*
Par une sombre et froide nuit d’hiver.
J’errais dans le brouillard et mon rouge pull-over*,
Quand d’un coup, près du caniveau, je vis séant…

…Une chose étrange et velue,
Qui ressemblait de plus en plus à un humain*
Au fur et à mesure que je m’approchais nue.
Ah non, pardon, j’étais vêtue d’un rouge lapin.


Bref, on s’en cogne car la chose bougeait.
Et je vis alors qu’il s’agissait d’un grand mâle.
De spasmes hideux il était secoué
Car il s’étouffait dans son vomi halal.*


Composé d’un kébab et d’alcool frelaté.*
Longtemps je me suis couchée de bonne heure.
Ah non merde, je vais reprendre en prose !


Marre de la powésie ; c’est pour les pédés. Donc j’étais en train d’expliquer que mon futur* (parce que c’était lui, parce que c’était moi) était en train de crever la gueule ouverte en s’étouffant dans son gerbi puant et suant les poisons. Moi, je restais coite comme un poisson congelé et je me demandai d’abord s’il était musicien, s’il avait les yeux gitans gisant dans son vomi et s’il avait pas vingt-sept piges par hasard.

97a951a2998e9cc51.gif


Tandis qu’il continuait de tousser et d’avaler-vomir-ravaler son gerbi, je procédai à des analyses scientifiques avec Horatio qu’est mon poto d’omelette. D’abord on vérifia si y’avait pas de sperme sur la personne du gens en train de crever. Puis on disséqua tous les insectes du coin pour voir si…non, juste comme ça, pour le plaisir. Enfin, on regarda les lignes de la main du gars pour voir quel âge il avait mais a priori, il venait d’avoir dix-huit ans.

horatio460.jpgDéçue de ces résultats, j’abattis Horatio car il me faisait chier à sortir et remettre ses saloperies de ray-ban (je déteste les ray-ban) puis je méditais sur le sort que j’allais réserver à l’entité vomissante :


Y a-t-il plus de noblesse d’âme à subir
la fronde et les flèches et le vomi de la fortune outrageante,
ou bien à s’armer contre une mer de douleurs
et à l’arrêter par une révolte et du spasfon? Mourir.., dormir,
rien de plus... et dire que par ce sommeil
nous mettons fin aux maux du cœur et aux mille tortures naturelles du foie
qui sont le legs de la chair: c’est là un dénouement
qu’on doit souhaiter avec ferveur.


Bref, je me disais dedans moi-même, jusqu’aux tréfonds retraite de mon âme et de mes boillaux « dois-je le laisser crever dans son gerbi…Ce qui serait assez drôle ma foi (je n’avais en effet jamais vu personne mourir de façon aussi ignoble…à part Horatio deux minutes auparavant…Puis ça m’aurait fait une putain de reconstitution historique de la mort d’Hendrix si j’avais pris le temps de mettre un peu de cirage sur la gueule de mon futur-macchabée et de lui friser les cheveux) ou bien le sauver et m’en servir de sex-toy ? ».433homme558dfg44444.jpg

Mais bon, comme l’amour (et le manque de sexe) est plus fort que la mort, je décidai de sauver ce jeune homme* !