Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La polysémie de la nouille

La polysémie de la nouille

Menu
Les malheurs et déboires de Steevy (pauvre ours malheureux affublé d'un sobriquet ridicule) 2

Les malheurs et déboires de Steevy (pauvre ours malheureux affublé d'un sobriquet ridicule) 2

487744 350933348317511 1645354516 n
D'après l'oeuvre de Leslie Tychsem : http://fricasseepourcamion.le-net.org/the/shop/ ou https://www.facebook.com/Tychsem

 

Arrivé dans sa villa monégasque, l’homme déposa son attaché-case, resserra le nœud de sa cravate, vérifia la liste des mises en demeure à envoyer puis il se mit à quatre pattes pour ramper sous la table et babiller : « Veruca, mon petit loukoum, ma chouquette adorée, j’ai une surprise pour toi ! »

Le petit loukoum en question devait approcher le quintal. Toute voûtée sous la table, la chose regardait fixement un écureuil bâillonné, attaché, arrimé à un pied de table. Avec une régularité, une patience, une précision de robot (et une pince !) , Véruca avait entrepris d’épiler intégralement l’animal.
Le cœur du géniteur ne fit qu’un bon ; ça c’était bien la fifille à son papa, tenace,sans pitié ! Plus tard, elle ferait führer dans les affaires !

En attendant, la putative requine se dressa sur son solide séant, arracha des mains le paquet du paternel et le déchiqueta avec rage. Un instant, un semblant de sourire carnassier éclaira son visage en quinze watts. Mais cela ne dura pas ; une noire fureur remplaça cet éclair fugace et le tonnerre suivit bientôt : « Tu te fous de moi ? Tu penses pouvoir me fourguer la première contrefaçon de merde venue ? Hors de ma vue ! T’es qu’un père de merde ! Je vais appeler la DDASS !
- Oh non, pitié, ne fais pas ça, pas encore, supplia le père, la dernière fois j’ai failli prendre vingt ans avec tes accusations de viol !
- Hé bien cette fois-ci j’ai tout prévu ! J’ai bourré ton ordi de photos pédophiles alors dégage d’ici et ne reviens jamais…sauf si tu me rapportes un vrai happy bear et une nouvelle tiare en diamants ! »

Le malheureux père s’exécuta et laissa sa fille seule avec son unhappy bear…et une vingtaine de domestiques (mais ça, ça ne compte pas n’est-ce pas ?).

La chiarde jeta un regard vengeur sur son ours : « Toi, t’as vraiment une gueule à faire pitié… Puisque tu m’as l’air fait pour être malheureux, je vais exaucer tes vœux : tu vas souffrir ! Pour commencer, je t'appellerai...Steevy ! Mouhaha !»

Et si Veruca avait été moins occupée à soigner son rire diabolique, elle aurait vu le museau en pilou de son ours pâlir légèrement ! 

A suivre...