Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La polysémie de la nouille

La polysémie de la nouille

Menu
Les aventures de Pinocchu (Psiko, mai 2014)

Les aventures de Pinocchu (Psiko, mai 2014)

Il était une fois un petit garçon nommé Jean Pinocchu. Cet enfant charmant avait une grande passion : tous les soirs, les yeux pleins d’étoiles il regardait des pornos. Et tous les soirs il faisait gentiment sa prière ainsi qu’un voeu : « Ô petit Jésus, si seulement je pouvais avoir la grosse quéquette à Rocco, je serais le plus heureux des petits garçons ! »
 

Jésus entendit sa prière. Il ne se déplaça pas car il avait un apéro-hostiatoire mais il envoya sa copine la fée bleue chez le petit garçon.
Celle-ci apparut dans un chatoiement de poussière d’étoiles. Jean en resta bouche bée, c’était encore plus beau que du tuning ! La fée se pencha vers l’enfant, lui demanda de retirer la main de son slip et déclara d’une voix cristalline : « Ta prière m’a émue. Sache qu’à chaque mensonge qui sortira de ta bouche, ton sexe croîtra d’un micron ! » Elle dit, toucha de sa baguette le membre de l’enfant et s’envola en toussant dans son nuage de poussière magique. Ce soir-là, Jean s’endormit le sourire aux lèvres.

avventure_di_pinocchio_andrea_balestri_luigi_comencini_004_.jpg


Il grandit dans la joie, mentant le jour, mesurant le soir avec son décimètre les fruits de son labeur.


Au moment de choisir une carrière, Jean fut catégorique ; il ferait de la politique pour parler et mentir toute la journée ! Le succès fut fulgurant. Il discourut avec passion, mentit avec enthousiasme, avec bonheur, avec une délectation toute sensuelle. Le peuple adora ça : Jean fut élu président.


Là, les choses se gâtèrent. Il avait tellement menti que sa pine avait fini par atteindre la taille d’un sexe d’éléphant pubère.

Jean en était fort marri car, depuis belle lurette déjà, il ne pouvait plus approcher ni sa femme, ni ses collaboratrices. Seules quelques vaches pleines introduites en cachette à l’Elysée supportaient encore ses assauts.
Le pire, c’était que cet énorme sexe attirait à lui tout le sang et Jean sentait que son cerveau, autrefois bien irrigué, souffrait de ce manque.


acc51d4b-c7fc-475a-aa07-9ef034d8df63.jpg


Pourtant, il ne pouvait cesser de mentir : si on commençait à dire la vérité au peuple, il y aurait une révolution !


Alors, ce soir-là, résigné, Jean se rendit sur le plateau de la chaîne majoritaire. Il lisait mécaniquement son discours quand soudain, il se mit à frémir avant d’articuler avec peine : « Je ne vous ai jamais menti, je ne vous mentirai jamais ! ». A ces mots, il prit une teinte grisâtre et s’effondra raide mort tandis qu’avec un sinistre craquement, une gargantuesque et turgescente pine victorieuse surgissait devant la caméra.

 

Claire-Chazal-suprise-par-le-Marsupilami-20h-TF1.jpg