Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La polysémie de la nouille

La polysémie de la nouille

Menu
Le vieil homme et la Mort

Le vieil homme et la Mort

Postlogue postludal


6-Les_Parques-AGACHE.jpgCe lundi-là était un jour ordinaire dans la vie de la Mort ; elle avait brossé ses vieux chicots, les avait agrafés sur sa gencive, elle avait mangé un bol de rice creepys, brossé les vers morts de son manteau et regardé la liste des morts du jour qu’avait préparée la Moire Atropos. Comme d’habitude, beaucoup de récoltes sur le continent africain. C’était pratique l’Afrique, il n’y avait qu’à se baisser pour ramasser des poignées de clients et puis on y récoltait pas mal d’enfants ce qui mettait la Mort en joie car elle avait un côté maternel très prononcé et adorait mignoter les enfants morts. Cependant, le premier nom de sa liste était français et bien décrépit. Il s’agissait d’un certain Amédée Oriflame résidant dans une maison de retraite de Dreux.


maison_retraite_photo_03_gd.jpgSur la brochure du dit établissement, l’on pouvait voir un charmant petit manoir XVIIIème entouré d’un parc immense où se promenaient des couples de personnes âgées en jogging. Une jolie lettrine médiévale indiquait « Val folâtre de la pérennité joviale ». La ligne inférieure, en caractère normaux, précisait « mouroir professionnel depuis plus de quarante ans ! ».

Sur place, la Mort se retrouva face à une immense cage à poule en béton armé. Le parc avait été vendu à une déchetterie que gardaient quatre vieux en fauteuil roulant qui avaient été dressés à baver ou pisser sur les intrus.

Dans sa petite chambre, assis sur sa chaise percée, Amédée attendait sagement la Mort en regardant le journal de Pujadas.