Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La polysémie de la nouille

La polysémie de la nouille

Menu
Birdy miam-miam -1- Les écolos y nous les brisent !

Birdy miam-miam -1- Les écolos y nous les brisent !

Depuis quelques années, on nous chiait tous les jours des pendules grosses comme Big ben sur le réchauffement climatique, la pollution, la surconsommation…Moi je disais qu’on essayait de nous faire culpabiliser d’être l’espèce dominante et tout cela m’écœurait car enfin, Dieu n’avait pas créé ces délicieux steaks sur sabots et ces délicates escalopes sur pattes pour qu’on broute ! Et qui sait ce qui serait arrivé à notre planète si on n’avait pas pompé le pétrole ? Une telle quantité de substance inflammable à quelques milliers de kilomètres à peine du noyau ardent et bouillonnant de la Terre…ça aurait certainement tout fait péter un jour ou l’autre !
Je restais donc très confiant quant à l’avenir de l’humanité.

h-3-1295408-1224699001.jpg

Jusqu’au jour où les oiseaux se sont mis à crever, comme ça, sans prévenir. Et quand je dis les oiseaux, je veux dire TOUS sans exception. Ils sont tombés en vingt-quatre heures comme des mouches  phytotoxées et sans raison apparente.
On ne pouvait plus sortir dans la rue sans en fouler des dizaines ou sans en recevoir deux ou trois sur le coin du museau.  Leurs cadavres jonchaient littéralement le sol : routes et jardins, toits et parkings...
 Ils ont même causé des morts humaines, recevoir sur la tête ou dans son pare-brise  un goéland après une chute de six-cents mètres, je peux vous dire que ça fait pas du bien !
Bref, c'était vraiment un spectacle d’apocalypse.



La stupéfaction, le désarroi étaient à leur comble. Les médias s’en donnaient à cœur joie à grands renforts de musiques militaires et de logos « peste aviaire » ou « génocide aviaire » avec des mouettes en sang à l’air affligé sur fond d’éclair terrifiant.
Les écolos rayonnaient, ils faisaient les paons sur toutes les chaînes et leur air faussement affligé ne pouvait dissimuler l’éclat triomphal qui brillait dans leurs yeux. Pourritures !
Moi j’étais tout de même bien emmerdé et je me demandai constamment par quoi j’allais remplacer mes œufs brouillés matinaux vu que le bacon tout seul, c’est tout de même un peu sec.

 


A suivre...