Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La polysémie de la nouille

La polysémie de la nouille

Menu
Conte de Nowel visqueux (4): la fin.

Conte de Nowel visqueux (4): la fin.

jesus-3-.gifMoi qui étais déjà dans le sang placenté, je me disais que bientôt je serais dans la merde et, en effet, observant la natomie post natatoire de mon bébé, Coupain en vint à remarquer les longs cheveux, la barbe et la couronne d’épine du Jésus.
Ce fut crisant, Coupain se mit à hurler que Aaaaaaaaaaaah, un gaucho-hippie !!!
Et ensuite, il sortit son fusil à pompe de sa poche-revolver et me le pointa sur la tempe trempée de sueur tout en gueulant « Tu disais que tu prenais la pilule hein ?? Vileuh Salope ! Mais moi, je me méfie des sales femelles alors dans ton sommeil je te faisais avaler des stérilets et puis je me suis autoligaturé la trompe du phallus ! Maintenant, explique-moi comment tu as pu enfanter ce monstre de gaucho-hippie, tu m’as trompé avec un terroriste hein ?!! ».
Moi je voulais lui expliquer que j’étais la vierge Marie mère de Jésus sauf que j’étais plus vierge et que je m’appelais même pas Marie mais la colère de Coupain dévia vers le bébé ; il visa la tête hippesque, tira une balle de la taille de mon poing…Faut bien ça pour tuer un dieu !

tintin-tibet.jpgEt là, un miracle se produisit : Jésus l’évita et lévita…Bon, au début sa lévitation merda un peu car moi j’étais toujours accrochée au bébé par le cordon ombilical et donc je lévitais aussi et ça tirait vachement fort sur mes ovaires donc je gueulais très fort, ce qui couvrait la musique divine et miraculesque qui se joue en cas de miracle (y’a qu’à regarder « Les dix Commandements » pour vérifier !) !
Donc Jésus se leva et dit « Cessez de vous battre mes enfants car cette humanité croupite ne mérite pas que je clamse pour elle, je vais prendre les plus méritants d’entre vous pour les mener au paradis où nous gangue-banguerons dans la joie et les liquides corporels pour l’éternité…Les autres humains, hé bien…je dirai à Papa d’envoyer une boule de feu nettoyer tout ça ! ».

Moi, toute heureuse de gangue-banguer pour l’éternité, je me suis levée et j’ai pris la main de Jésus, certaine d’être ultra-méritante vu que j’étais sa mère.
Mais lui, il m’a posée dans les bras de Coupain en me disant « Reste avec Coupain, tous les deux, vous vous valez bien » et puis, il a pris l’arrière-grand-mère…Mais c’était débile, elle pouvait plus mouiller depuis 1920 ! Quel scandale ! Et puis, le clochard du début du conte a réapparu, a sauté sur le dos de Jésus. Les trois larrons nous ont fait un doigt d’honneur et ont disparu dans un nuage de fumée céleste.

doigt_vieille.jpg

J’étais verte : quel manque de goût, partir avec un clochard alcoolique et une croulante !
Je devais me faire une raison, mon rejeton était ou un dépravé ou un bolchévik…voire les deux, mon Dieu !!