Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La polysémie de la nouille

La polysémie de la nouille

Menu

A quoi ressemblerait un porno avec Derrick dans le rôle principal masculin ?

A quoi ressemblerait un porno avec Derrick dans le rôle principal masculin ?

 

Madame, mademoiselle, monsieur, mondamoiseau (<=désigne les transsexuels), monsanstrou (<=désigne les femmes troncs), monbeegee (<=désigne les eunuques), et autres asexués et hermaphrodites, bonjouar !

Vous souvient-il de Jean-Christophe Branlogant et de son presque-paurno ? (Répondez oui parce que de toute façon je compte pas tout vous ré expliquer !)

Hé bien aujourd’hui, pour plus de glamour, plus de chic, plus de charme, Jean-Christophe a décidé d’introduire des stars de cinéma dans ses films porno : il a demandé les plus grands : Brad Pitt, Johnny Depp, Orlando Bloom, Jude Law…et il a obtenu………Horst Tappert (<= Cris d’admiration dans la foule de mes lecteurs en délire : « Woua classe ! Oh ! Ah ! Yeah ! …mais qui c’est ? ») Mais enfin vous ne le reconnaissez pas ? Soyez pas glands et relisez le titre de mon article enfin ! C’est Monsieur Stefan Derrick (<= Lecteurs : « Ah oooooooooooooooh…bon ben salut à la prochaine !) !

Mais enfin ne partez pas ! Monsieur Tappert est supra sexy, c’est un vrai pro du porno, monté comme un étalon ! Et je vais vous le prouver en vous montrant en exclusivité un extrait de son dernier film « Derrick enqueute dur à München ».

 

Scène 1 : Un appartement munichois typique : tapisserie représentant des saucisses, moquette couleur choucroute. Gretchen, munichoise typique (1m55, 120 Kg, nattes fleuries de pissenlits) vient de trouver son mari Kurtz mort dans le canapé du salon, pendu au lustre avec une tronçonneuse dans le ventre…meurtre, suicide ? Pour en être sûre elle appelle le grand inspecteur Stefan Derrick. En attendant qu’il arrive, elle prend un bain et se lime les ongles…………………………………………………………………………………………………Cinq heures après, dans son eau devenue glacée, Gretchen claque des dents et lime ses ongles mesurant désormais 1,5mm quand on sonne à la porte.

Gretchen sort de l’eau, enfile un peignoir et va ouvrir.

 

Porte : Clik clak schkaboum woiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin (la porte grince).

 

Derrick : Inspecteur Derrick (Tidouuuuuuu tidaaaam ç à cet instant très précis il convient de jouer le générique de Derrick) je viens voir le corps de votre mari madame !

 

Gretchen est si excitée par la présence d’une telle star chez elle qu’elle en oublie son mari malgré l’odeur nausébeuse qu’il dégage…mutine, elle déclare : Du Grosse Coquin willst du nicht meine corps sehen ? (ç Bien que le SushMMT soit parfaitement bilingue français/allemand, il a décidé de traduire les dialogues en français pour la commodité de ses chers petits lecteurs adorés qui comprennent pas le schleu parce qu’ils sont nazes !) Ha gros coquinet, tu veux pas plutôt voir mon corps à moi ?

Derrick un peu surpris : Enfin Madame, je ne peux pas, vous n’êtes pas morte !

 

Gretchen empoigne Derrick par le col de son imper et l’entraîne dans sa chambre. Elle se déshabille et saute sur le lit qui fait « wiiiiiiiiicrak » : Allez viens grand fou !!

 

Derrick cette fois ci, il a compris : il retire son pantalon : Ich komme meine Liebe ! Derrick sort de la pièce et revient avec la table et le fer à repasser. Il pose son patalon sur la table, attend que le fer soit chaud et commence à repasser le dit-patalon.

 

Gretchen : Mais que fais-tu ? Viens, je suis plus brûlante que ce fer à repasser !

 

Derrick : Si je ne repasse pas ce pantalon il va être tout plissé après et ça sera du plus mauvais effet…comme je dis toujours au sergent Klaus : dans la vie il faut être méthodique !!

 

Une demi-heure plus tard…

 

Derrick : Voilà j’ai fini !

 

Gretchen : Haaaaaaaaaaa : viens là grand Verrückt !

 

Derrick : Maintenant occupons-nous de cette chemise, de ce caleçon et de ces chaussettes ! Il reprend le fer.

 

Deux heures plus tard…

 

Derrick : Voilà, je suis tout à toi ! Il saute sur le lit

 

Gretchen est radieuse mais son sourire s’efface lorsqu’elle regarde l’entre-jambe de l’inspecteur.

 

Derrick : Ben tu t’attendais à quoi ; j’ai 74 ans ! Bon on la prend cette déposition ?