Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La polysémie de la nouille

La polysémie de la nouille

Menu
L'actu décryptée par Charles d'Assaut

L'actu décryptée par Charles d'Assaut

L'actu décryptée par Charles d'Assaut

1/ Le chômage

Bonjour, amis nécessiteux !
Cela fait des lustres que notre président bolchevik nous promet en vain « l’inversion de la courbe du chômage ». La peste soit du fou fieffé !
Tout homme un tantinet sain d’esprit sait que la France est un pays de fainéants qui se gavent d’allocations et refusent le vrai, le bon travail. Celui qui les fait lever à l’aurore et les envoie au lit fourbus, incapables de la moindre pensée car la pensée plébéienne est une peste qu’il faut éradiquer au plu
s vite !

Heureusement, dans son journal télévisé de la première chaîne, en date du 27 avril[1], mon ami Martin Bouygues a dispensé une leçon d’économie au peuple français dans un reportage évoquant les solutions trouvées au Portugal pour lutter contre le chômage.

On nous montre tout d’abord une start-up qui a pu embaucher André dont le poste « n’avait rien à voir avec sa formation initiale » mais qui n’avait « pas le choix » car, dit-il, « Je n’avais droit à aucune aide, et même si j’avais la corde au cou, je ne recevais rien ».
Hé oui mes amis, de même que le cheval doit être pourvu d’un licou pour avancer, le chômeur doit avoir la corde au cou pour travailler !
Le patron de la start-up est un homme heureux : grâce à la réforme du droit du travail, il touche cinq fois plus de subventions lorsqu’il embauche un chômeur longue durée mais il peut également licencier très facilement et pour pas cher.

La suite du reportage est encore plus admirable.
Le Portugal a inventé les « recibos verdes » concernant 20% des travailleurs et qui permettent aux employeurs d’embaucher au mois, à la semaine ou même à l’heure !
L’on nous dit que le système est « ultra-simple » : l’employé déclare lui-même son travail sur Internet. C’est merveilleux, ça permet même que l’on se passe de cette vermine que sont les fonctionnaires.
Mais arriva le plus beau moment. Je manquai me pâmer quand la voix-off susurra dans mon sonotone ces douces paroles : « Pas de droits, pas de congés payés ou maternité, pas d’indemnités chômage. ». Cerise sur le gâteau, c’est l’employé qui cotise à la sécu et pour sa retraite. Le bon patron est alors exonéré de ces lourdes charges qui l’asphyxient littéralement !

Il me reste donc à espérer que ce reportage hautement pédagogique a persuadé les français que les allocations devaient revenir aux seuls qui savent gérer un budget ; les patrons.
Pour qu’enfin le d
roit du travail redevienne le droit de travailler !

Charles d’Assaut

[1] Reportage à visionner ici http://videos.tf1.fr/jt-20h/2015/le-portugal-sort-sa-population-du-chomage-mais-a-quel-prix-8601254.html